maman qui nettoie le nez de bebe

Symptômes et petites maladies

Des petites maladies qui sont banales et rarement méchantes mais qui provoquent tout de même les pleurs de bébé.

Au départ, votre bébé va profiter des multiples anticorps que vous lui avez transmis à travers le placenta, mais cette période faste passée, il va falloir qu’il fasse ses propres défenses immunitaires : c’est le temps des diverses infections en « ite » qui vont vous conduire si souvent chez le pédiatre.

Des petites maladies qui sont banales et rarement méchantes mais qui provoquent tout de même les pleurs de bébé. Il vaut mieux donc pour vous en connaitre les secrets…

Conseils et informations rédigés par le Dr Eric Osika, pédiatre à Bry sur Marne 

Ça chauffe : la fièvre

On sait aujourd’hui que la fièvre fait partie intégrante du système de défense de l’organisme. Lors du premier contact avec un agent infectieux, il n’y a pas encore d’anticorps naturel contre cet agent, le corps utilise donc un autre système de défense plus simple qui va entraîner une élévation de la température centrale.
La fièvre n’est ainsi pas une maladie mais une réaction contre la maladie de bébé.

Ça coule : la rhinopharyngite

C’est l’ennemi numéro 1. D’origine virale, c’est l’atteinte de la muqueuse du nez et de l’ensemble de l’arrière gorge ; les symptômes de bébé se traduisent par un écoulement nasal de plus en plus important, d’abord clair puis virant vers un jaune-vert ! Parfois le virus de  la rhinopharyngite peut continuer ses mauvaises actions en s’étendant vers les oreilles (par l’intermédiaire de la trompe d’Eustache) et donner des otites, ou vers les bronches et être à l’origine d’une partie des bronchiolites.

Ça siffle : la bronchiolite

La bronchiolite est une maladie hivernale. C’est une atteinte des toutes petites bronches (des bronchioles) par un virus ayant une affinité particulière pour la muqueuse bronchique. Après quelques jours de rhinopharyngite banale, les symptômes de bébé évoluent avec une toux quinteuse puis des sifflements. Pendant la période aiguë, les difficultés respiratoires peuvent gêner le sommeil et surtout l’alimentation. Dans certains rares cas de bronchiolite, cette gêne respiratoire s’accompagne d’un manque d’oxygène qui justifie une hospitalisation de quelques jours. Heureusement dans la grande majorité des cas les signes sont plus modérés et tout s’améliore en une semaine environ. La kinésithérapie respiratoire peut améliorer les nourrissons avec les bronches particulièrement encombrées.

Ça fait mal : l’otite

C’est le plus souvent la complication d’une simple rhinopharyngite. Le virus va s’étendre à partir de la muqueuse du nez et être responsable d’une inflammation de l’ensemble de la gorge puis du conduit de l’oreille par l’intermédiaire de la trompe d’Eustache. Les signes sont souvent d’apparition brutale : après quelques jours de simple écoulement nasal, une fièvre élevée apparait puis des signes douloureux : pleurs, troubles du sommeil etc. Dans tous les cas, consultez rapidement votre médecin.