Je m'inscris

Pour recevoir des bons de réduction, des bons plans et transformer vos achats en cadeaux inscrivez-vous au Club "Parlons Bébé”.

Inscrivez-vous

L'album de bébé

Téléchargez vos photos, personnalisez-les et partagez ces souvenirs à vos proches !

Mon album

Collecteur de lapinous

Collectez les codes lapinous et
transformez vos achats
en cadeaux !

En savoir +

Bien communiquer avec votre enfant : pourquoi utiliser les bons mots ?

Il est essentiel d’utiliser les mots justes quand vous vous adressez à votre enfant. Pourquoi ? Nos réponses avec Christel Petitcollin

Vous parlez avec votre enfant, vous lui expliquez beaucoup de choses, mais parfois, vous pouvez hésiter à employer le bon mot, de peur qu’il ne comprenne pas, par gêne ou encore par manque de clarté. Pourtant, il est essentiel d’utiliser les mots justes quand vous vous adressez à votre enfant. Pourquoi ? Nos réponses avec Christel Petitcollin, auteur de Bien communiquer avec son enfant.


Employer le bon mot pour apprendre sa langue maternelle

Même si vous n’avez pas un adulte en face de vous, votre bébé est un être qui comprend et qui ressent beaucoup de choses. Quand vous lui parlez, veillez donc à utiliser les mots justes dès son plus jeune âge. Vous lui apprendrez tout simplement à parler correctement sa langue maternelle. « Si vous lui parlez différemment, avec un langage dit “bébé” vous obligez finalement votre enfant à apprendre deux langues », explique Christel Petitcollin.
Imaginez la scène : un petit garçon vient de tomber et s’est fait mal à la main. Les parents disent : « T’as bobo à ta mimine, mon coco ? » Même si l’enfant comprend ce que cette phrase veut dire, il n’a pas les bases pour parler correctement le français par la suite.
De plus, le « parler bébé » a une construction grammaticale et un vocabulaire très pauvres. « Cela aurait pour effet de retarder l’apprentissage de sa langue maternelle », explique encore Christel Petitcollin.
Employer le bon mot et la bonne grammaire pour vous adresser à votre enfant, dès son plus jeune âge, est donc très important.

Une meilleure intégration dans la vie sociale

Le « parler bébé » est une langue propre à chaque famille, elle n’est pas universelle. L’enfant qui s’exprime avec son langage dans un autre contexte que le sien pourrait ne pas être compris. « Cela peut alors conduire à une marginalisation de celui-ci à son entrée en école maternelle par exemple », raconte Christel Petitcollin.

L’importance de l’intonation

Les mots que vous employez sont essentiels, mais ils sont indissociables de l’intonation avec laquelle vous les exprimez. Quand vous dites « Viens ici ! » ou « Tu peux venir ? », vous n’employez pas la même intonation. « Parfois, lorsque l’on s’adresse à un enfant, l’intonation est bêtifiante », témoigne Christel Petitcollin. Et cela représente finalement une injonction à rester petit.
« Il y a de nombreux messages qui passent quand on s’exprime, rappelle Christel Petitcollin. C’est comme si vous leur disiez “tu n’as pas le droit à avoir accès au monde des grands” ». L’enfant peut alors accepter cette situation, pour rassurer sa mère par exemple, mais en pâtir par la suite.

Lui apprendre à communiquer à son tour

Ne pas utiliser les bons mots ou prendre une intonation bêtifiante revient à dire à l’enfant qu’il est trop bête pour comprendre le langage des grands. « Cela peut alors avoir un impact énorme sur sa confiance en lui, mais aussi sur sa capacité à comprendre et à apprendre des choses », prévient Christel Petitcollin. A l’inverse, si vous vous exprimez avec les bons termes, vous donnerez à votre enfant toutes les clés pour faire de même quand il sera adulte, que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle. Il saura communiquer comme il le faut avec les personnes qui l’entourent.

L’importance du langage non verbal

« Les enfants sont les champions de la lecture du langage non verbal ! », s’exclame Christel Petitcollin. Il faut donc bien avoir en tête qu’il y a d'une part, ce que vous dites et d'autre part, toute la gestuelle qui accompagne vos propos… qui en dit parfois davantage. Dans certaines situations, les parents peuvent être gênés de prononcer un mot, ils restent alors évasifs. Mais votre enfant capte cette gêne et cela peut engendrer beaucoup d’angoisse chez lui. Jacques Salomé, psychosociologue et écrivain, dit : « Ce que tu es parle si fort que je n’entends plus ce que tu dis. » « C’est une phrase qui résume parfaitement mon propos », ajoute Christel Petitcollin. Vous ne devez donc jamais « tricher » avec un enfant, car il le sentira.

Ne pas tout dire

Même s’il est essentiel de communiquer avec votre enfant et d’utiliser les bons mots, cela ne signifie pas qu’il faut tout lui dire. Si vous vous disputez entre conjoints par exemple et que votre enfant vous demande ce qu’il se passe, vous pouvez tout à fait lui répondre que ce sont des histoires de grands et que vous vous en occupez. Vous n’éludez ainsi pas le problème, vous ne mentez pas non plus à votre enfant, mais vous lui rappelez que les adultes, c’est vous !

                                                                                                     

Bien communiquer avec son enfant, édition Jouvence, Christel Petitcollin

Pour aller plus loin ...

X

Discutez en direct avec une diététiciennes de 10h à 17h

 
.