Je m'inscris

Pour recevoir des bons de réduction, des bons plans et transformer vos achats en cadeaux inscrivez-vous au Club "Parlons Bébé”.

Inscrivez-vous
 

Un bébé
un arbre

Inscrivez gratuitement bébé pour qu'il soit parrain d'un petit arbre et recevez son certificat de parrainage.

J'inscris mon bébé

Collecteur de lapinous

Collectez les codes lapinous et
transformez vos achats
en cadeaux !

En savoir +

Il a un ami imaginaire...

Et s’il avait un ami imaginaire ? Découvrez cette phase grâce à l’éclairage de Patricia Serin, psychologue.

Vous voyez votre enfant parler dans le vide, tendre des objets devant lui… Et s’il avait un ami imaginaire ? Ne vous inquiétez pas, c’est un stade tout à fait courant. Découvrez cette phase grâce à l’éclairage de Patricia Serin, psychologue.


À quoi sert l’ami imaginaire ?

L’ami imaginaire apparaît aux alentours de 2-3 ans, mais il est possible que les enfants en aient auparavant. Cependant, il est difficile de le savoir, car ils sont trop petits.
Au moment où l’enfant commence à comprendre qu’il est un « autre », qu’il dit « je », les parents peuvent s’apercevoir qu’il parle à un ami imaginaire. Cela peut-être un animal, un copain, un jouet. Vous pouvez alors observer votre enfant donner une cuillère ou parler à quelqu’un dans le « vide ». L’ami imaginaire tient plusieurs rôles :


Un espace transitionnel

Comme le doudou, l’ami imaginaire servirait d’espace transitionnel entre la relation que le tout-petit a eue avec sa maman et son monde actuel. Cela resterait un moyen pour lui d’imaginer sa maman à ses côtés quand elle n’est pas là.

  • Une présence
    L’ami imaginaire permet également à votre enfant d’avoir une présence. Il peut jouer avec un semblable, mais peut aussi maîtriser ce qu’il ne peut pas faire avec d’autres enfants à la crèche par exemple ou avec ses frères et sœurs.
  • Une aide précieuse pour affronter la réalité
    Il apprend à interagir avec cet ami ce qui l’aide à affronter la réalité, à se connaître. Quand il refuse d’aller au bain par exemple, le fait d’imaginer son ami imaginaire auprès de lui peut rendre la chose plus facile.
  • Un double
    « L’ami imaginaire est aussi ce que l’on appelle “un double soiˮ en psychologie, précise Patricia Serin. Cela va alors nous en apprendre beaucoup sur notre enfant ». Il va en effet donner des ordres à son ami, raconter ce qu’il peut faire, lui faire faire des bêtises…
  • La construction de son identité
    Avoir un ami imaginaire aide l’enfant à gérer les conflits, à imaginer des interactions avec les autres et à avoir confiance en lui. Il teste en effet avec son ami imaginaire des situations qu’il pourrait rencontrer dans la vie réelle. « Tant que l’enfant est bien portant, avoir un ami imaginaire est très positif pour lui », assure Patricia Serin.


Une marque de fort potentiel imaginatif

« Contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les enfants qui manquent d’attention ou qui sont souvent seuls qui s’inventent un ami imaginaire. C’est ce qu’ont démontré de nombreuses études », témoigne Patricia Serin. Ce sont plutôt les enfants qui ont un potentiel d’imaginaire important par rapport à la moyenne et qui ont une grande sociabilité, qui ont souvent un ami imaginaire. C’est d’ailleurs peut-être justement parce qu’ils s’entraînent avec lui qu’ils ont des relations plus faciles avec les autres. Il faut savoir que le psychisme du jeune enfant est fait pour se socialiser. Il y a une soif innée de communiquer et d’être avec les autres. L’ami imaginaire n’est donc pas un risque d’isolement de l’enfant, contrairement à ce que l’on pourrait penser. »


Comment réagir ?

« Il ne faut surtout pas entrer dans son jeu », insiste Patricia Serin. Le rôle des parents est en effet d’aider les enfants à faire la différence entre le réel, l’imaginaire et le fictif. Vous montrez à l’enfant qu’il joue, vous pouvez rire avec lui, mais vous ne devez pas lui dire que vous le voyez.

De la même façon que vous expliquerez à votre enfant que son héros de dessin animé n’existe pas dans la vie, vous lui montrerez que son ami imaginaire n’est pas réel. Vous pouvez donc tout simplement lui dire : « Moi, je ne le vois pas. » « Le retour que font les parents va aider l’enfant à se construire et à faire la distinction entre imaginaire et réalité », explique Patricia Serin.

L’idée n’est pas de nier le jeu de votre enfant ni de se moquer de lui. Écoutez-le, acceptez cet ami imaginaire, prenez votre enfant au sérieux sans pour autant rentrer dans son jeu. Dites-lui par exemple : « Tu es un grand créatif, tu as beaucoup d’imagination. »


Faut-il s’inquiéter ?

À partir de 3 ans, deux tiers des enfants ont un ami imaginaire, mais les parents ne s’en aperçoivent pas nécessairement. Aucune raison de s’inquiéter ! C’est au contraire le signe que votre enfant a beaucoup d’imagination. Cependant si cet ami imaginaire commence à prendre beaucoup de place et qu’il est associé à un état d’anxiété de votre enfant, une perte d’appétit, des nuits agitées, un état déprimé, des signes de déséquilibre et de souffrance, mieux vaut consulter. Si ce n’est pas le cas, avoir un ami imaginaire est positif, source de grande créativité et d’imagination chez un enfant.

Pour en savoir plus : http://www.serin-patricia.com/

Pour aller plus loin ...

X

Discutez en direct avec une diététiciennes de 10h à 17h

 
.