Mes bons plans de maman

Recevez chaque mois par email les trucs et astuces que nous avons dénichés pour vous et votre bébé !

Je m'abonne

Je m'inscris

Pour accéder à tous nos outils pratiques, inscrivez-vous au Club "Parlons Bébé" ! Conseils d'experts, albums de bébé, bons plans...

Inscrivez-vous

L'album de bébé

Téléchargez vos photos, personnalisez-les et partagez ces souvenirs à vos proches !

Mon album

Comment favoriser la lactation ?

Qu'est-ce que la lactation ? Comment la favoriser  ?  voici tout ce que vous devez savoir à ce sujet 

Vous avez choisi d’allaiter votre bébé. Pour que tout se déroule au mieux, voici ce que vous devez savoir sur la lactation grâce aux conseils de Valérie Pinte, sage-femme libérale, spécialiste de l’allaitement maternel. 

 

La lactation : une histoire d’hormones 

Il existe 2 hormones qui jouent un rôle important dans l’allaitement maternel : la prolactine, qui permet la « fabrication » du lait ; l’ocytocine, qui permet   « l’éjection du lait ».

Les premiers jours qui suivent l’accouchement, les mamans ont ce qu’on appelle du colostrum. « C’est le premier lait, » explique Valérie Pinte, « il est en faible quantité mais il est très nutritif ». D’ailleurs les nouveau-nés n’ont pas besoin d’une grosse quantité les premiers jours. Le colostrum est donc tout à fait adapté. C’est vers le 3ème jour que les mamans ont réellement une montée de lait.

Pourquoi ? Parce que la progestérone de la grossesse, sécrétée par le placenta, chute dans les 3 jours qui suivent l ‘accouchement. Et quand son taux diminue, la prolactine, elle, augmente. C’est la mise en place de l’allaitement maternel. 

 

Connaître la physiologie de l’allaitement 

Pour préparer son allaitement, et comprendre la lactation, l’idéal est de suivre les cours de préparation à la naissance concernant l’allaitement et de rencontrer des mamans qui ont déjà allaité plusieurs mois. Vous y découvrirez la physiologie qui vous aidera à comprendre votre allaitement. Vous y apprendrez par exemple que les tétées vont être fréquentes, que la nuit du 2ème au 3ème jour, le bébé va réclamer de nombreuses fois. Et c’est tout à fait normal. « C’est justement un bon signe car cette fréquence va favoriser la stimulation et donc la lactation ». Le plus souvent, le lendemain, vous aurez une bonne montée de lait, ce qui vous mettra en confiance pour la suite. 

Favoriser le peau à peau dès le jour de la naissance et par la suite, dans la mesure du possible, aurait beaucoup de vertus, notamment induire la tétée précoce du bébé. Posé contre sa maman, le bébé va reconnaître son odeur, être réchauffé, rassuré et ramper jusqu’au sein pour téter. Cette tétée précoce favorise l’allaitement car elle stimule la lactation. 

 

Co-habiter 24h/24h avec son bébé 

« Pour favoriser une bonne lactation, vous devez cohabiter avec votre bébé 24h/24h », explique la sage-femme. L’idéal est donc de le garder dans votre chambre toute la nuit, pour pouvoir répondre à ses besoins. « Car allaiter à la demande, c’est allaiter aux signes d’éveil et de recherche du bébé (mouvements de succion, petits bruit...) » poursuit Valérie Pinte. Envie de le confier quelques heures à la nurserie ? Ce n’est pas une bonne idée selon la sage-femme. « Si vous donnez toutes les tétées de la journée et que vous arrêtez toute la nuit, je peux vous assurer qu’à 3h du matin il faudra « vider » vos seins, sinon vous risquez l’engorgement. La lactation, c’est le principe de l’offre et la demande : plus les seins sont vidés, plus ils se « remplissent ». Si la stimulation n’est pas fréquente, la lactation risque d’être insuffisante », explique la sage-femme. Pensez d’ailleurs à proposer systématiquement les deux seins à chaque repas. Cela favorise une lactation plus abondante puisque les deux seins sont stimulés. Et dans certains cas particuliers, utilisez un tire-lait électrique pour augmenter la stimulation. 

 

Avoir une alimentation équilibrée 

L’une des clés d’une bonne lactation est d’avoir une alimentation équilibrée et variée et de penser à boire suffisamment d’eau, notamment pendant les tétées. Vous pouvez d’ailleurs boire des tisanes d’allaitement à base de fenouil et d’anis, réputées pour favoriser la lactation. 

 

Lactation : ce qu’il faut éviter 

La sucette : ce n’est pas la même succion qu’au sein. Sur la tétine, le bébé ferme sa bouche, alors que sur le sein, il doit l’avoir grande ouverte, les lèvres retroussées. Vous pourrez lui proposer quand votre allaitement sera bien mis en place si vraiment vous pensez que c’est nécessaire.
Les bouts de sein en silicone : ils diminuent la stimulation car la bouche du bébé n’est pas en contact direct avec le sein et qu’il est moins bien vidé. Ils peuvent toutefois être utilisés dans certaines situations, demandez conseil à un professionnel de la santé. 

Les compléments au biberon car ils diminuent la stimulation du sein et donc réduisent la lactation Les sources de stress qui agissent sur les hormones de la lactation
Le tabac (rappelons que la nicotine passe dans le lait maternel) 

 

Pour aller plus loin, consulter le guide de l’INPES sur l’allaitement maternel http://inpes.santepubliquefrance.fr/30000/pdf/0910_allaitement/Guide_allaitement_w eb.pd 

Pour aller plus loin ...

X

Discutez en direct avec une diététicienne de 10h à 17h

 
.