Mes conseils grossesse

Je m'inscris

Pour bénéficier de conseils tout
au long de votre grossesse,
inscrivez-vous au Club
"Parlons Bébé":
développement de bébé,
alimentation, bons plans...

Je m'inscris
 

Mon calendrier de grossesse

Découvrez les grandes étapes de votre grossesse et vos premiers rendez-vous avec votre bébé grâce au calendrier de grossesse

En savoir plus

Calculez votre date d'accouchement

Outil gratuit et simple d'utilisation pour vous aider à calculer votre date d'accouchement.

Je calcule

10 conseils aux Papas pour aider les Mamans le jour de l’accouchement

 

Chers Papas, découvrez nos conseils pour aider votre femme le jour de l'accouchement 

Beaucoup d’hommes sont démunis le jour de l’accouchement face à la douleur de leur femme. Ils ont envie d’être utiles, de faire des choses alors qu’il suffit peut-être simplement d’« être là ». Benoit Le Goëdec, sage-femme, nous livre 10 conseils. 

1. Être là, porter une vraie attention à la maman 

Le plus important pour la maman le jour de l’accouchement, c’est de sentir son homme présent. Cela ne veut pas dire qu’il suffit d’être là physiquement. « Les hommes veulent toujours être dans l’action, faire des gestes, témoigne le sage-femme. Mais il faut juste être dans une attention, une présence ». Grâce à cette présence, vous la mettrez dans une sécurité affective forte qui lui permettra de se sentir sereine. 

La véritable attention que vous pourrez lui porter vous évitera aussi de vous faire rabrouer. Un geste, une caresse pourrait en effet être vécu comme une intrusion pendant le travail. Si vous êtes à l’écoute, vous saurez exactement ce dont elle a besoin. 

 

2. Se synchroniser avec elle 

Quand la maman a mal ou qu’elle est angoissée, il ne faut pas forcément aller vers elle. Là encore c’est votre écoute qui va vous aider à savoir comment réagir. À vous de vous adapter à elle. Elle se met en retrait ? Vous vous mettez en retrait. Elle vous tend la main ? Vous prenez la sienne. Cette synchronisation vous aidera tous les deux à trouver ce qui lui convient pendant l’accouchement. 

3. La faire voyager 

Avant le jour J préparez ensemble des métaphores autour de la confiance, de la détente. Et le jour J, convoquez ces images ! « Rappelle-toi ! Tu te sentais comment quand tu étais au bord de la piscine en Italie pendant notre voyage de noces ? » ; « Tu te souviens, tu n’as jamais autant ri que quand ta sœur est rentrée trempée de sa balade... » 

« Quand on se rappelle un bon moment, on éprouve les mêmes activations neuro- cérébrales », explique Benoit Le Goëdec. « N’hésitez donc pas à remettre la maman dans cet état. Et sachez-le : plus la métaphore est éloignée du moment, mieux ça marche. N’ayez donc pas peur d’être anachronique, étrange, surprenant... » 

 

4. Toujours lui rappeler le sens de ce moment 

Pensez à remettre la maman dans ce qui fait sens pour elle, dans son objectif, dans ce qui a de la valeur. Quand elle perd pied, rappelez-lui qu’au bout du chemin, c’est son enfant qui l’attend. « Si elle se remémore la raison pour laquelle elle endure cela, elle va aller puiser dans ses ressources et retrouver ses forces », conseille Benoit Le Goëdec. Souvent, le papa a tendance à dire « respire », « détends-toi »... Mais ça n’est pas suffisant. Et ça peut aussi parfois agacer la maman. Ramenez-la donc vers ce qui fait sens pour elle. 

 

5. Aller vers elle après la contraction
Après le moment douloureux passé, c’est au papa d’aller vers la maman. C’est là qu’il a un rôle à jouer ! « Vous pouvez l’aider à récupérer, à retrouver une stabilité notamment grâce au toucher relationnel » conseille Benoit Le Goëdec. « Massez lui les épaules, le bas du dos avec une balle de tennis, les jambes car cela aide la mécanique obstétricale (du genoux vers le pied)... » Cela va lui permettre de se distraire, l’aider à sentir autre chose 

que la douleur de la contraction qui vient de passer, et permettre de relâcher toutes les tensions qui se créent autour de l’utérus.
Une petite astuce : massez le point entre la pouce et l’index. C’est un point d’acupuncture qui propulse l’énergie vers le bas, qui va donc aider la femme pendant l’accouchement 

 

6. Repositionner la maman dans la bonne posture 

« Si vous voyez votre femme hyperventiler, avoir la mauvaise cambrure, il faut la remettre dans la bonne posture », prévient le sage-femme. En accord et concertation avec le personnel médical présent, quand elle est assise, invitez-la à se pencher légèrement en avant ; si elle est adossée, elle doit enrouler son bassin ; quand elle est couchée, elle doit se mettre en « chien de fusil » etc. 

 

7. Encourager sa plainte 

Beaucoup de femmes se contiennent pendant les contractions car elles ont peur de déranger. Le papa peut être celui qui libère la maman de la pression sociétale, religieuse... Il peut encourager la maman à crier, hurler, pleurer : à être elle-même.
« Pousse ton cri, tu iras mieux après » ; « Ce n’est pas grave si le monitoring ne capte plus le bébé, la sage-femme reviendra le mettre » ; « On s’en fiche si tu grimaces, tu ne les reverras jamais ces gens » ... 

« Si la maman contient sa plainte, elle a beaucoup plus mal. Et ça revient en boomerang en post-natal », témoigne Benoit Le Goëdec. Ne pas contenir l’expression de la douleur permet de mieux la supporter. 

 

8. Rester présent après la péridurale
Souvent, les hommes sont inquiets devant la souffrance de leur femme. Et c’est là qu’ils veulent agir. Une fois la péridurale posée, il faut encore être présent. « Tout ce qui permet à la femme de ne pas se sentir seule l’aidera », explique Benoit Le Goëdec. Accordez-lui la possibilité de dormir tout en disant que vous veillez sur elle. Il ne s’agit pas d’accoucher en dormant ;) En lui proposant de veiller sur ce qu’il se passe, la maman va s’autoriser une sieste dans un sommeil profond. 

 

9. Jouer sur l’environnement 

Soyez attentif à ce qui l’entoure. Elle scrute pour voir ? Augmentez la luminosité. Elle tire sur son cou pour vous parler ? Apportez-lui un coussin. Elle a envie d’écouter de la musique ? Diffusez sa playlist préférée. Tout ce qui peut rendre son environnement plus agréable doit être fait. 

 

10. Amener un objet sécurisant 

Votre femme aime particulièrement un petit objet qui la rassure ? Amenez-le avec vous ! Il favorisera une ambiance de détente, favorable à toute l’équipe soignante. « Je me souviens d’un papa qui avait amené une fleur de lotus qui diffusait une lumière douce de différentes couleurs. Cela avait permis à la maman de se sentir « chez elle », dans un cocon, et ça avait permis à l’anesthésiste de poser la péridurale dans des conditions idéales. » 

 

A lire : « Papa débutant » de Lionel Paillès et Benoît Le Goëdec, ed. First 

Pour aller plus loin ...

X

Discutez en direct avec une diététicienne de 10h à 17h

 
.